6 min de lecture

Les trackers, appelés aussi ETF (Exchange-Traded Fund) ou fond indiciel coté, sont devenus ces dernières années l’un des outils financiers préférés des investisseurs particuliers. Ils sont simples à comprendre, faciles à utiliser et comportent assez peu de frais annexes. Ils font partis des OPCVM, mais sont mieux que les classiques SICAV ou FCP. Certains peuvent servir à spéculer, mais il vaut mieux les utiliser pour investir progressivement sur le long terme. Comme à chaque fois en Bourse, investissez uniquement ce que vous êtes prêt à perdre.

(Avertissements : demandez toujours l’avis d’un professionnel en gestion de patrimoine pour savoir si mes conseils sont compatibles avec votre situation personnelle. En effet, un conseil d’investissement peut être pertinent pour une personne mais pas pour une autre. C’est pourquoi je ne peux pas vous garantir un quelconque résultat.)

 

Fonctionnement

Le but d’un tracker est de répliquer à l’identique les variations d’un indice boursier basé sur des actions, des obligations ou sur des matières premières. Par exemple, si l’indice CAC 40 fait +10 % sur un mois, alors un tracker qui suit le CAC 40 va faire aussi +10 % sur le même mois. La réplication fonctionne pareil si l’indice de référence baisse. Sur les actions, les trackers reproduisent soit un indice général (CAC 40, S&P 500, Marchés émergents, etc.), soit un indice sectoriel (bancaire, informatique, pharmaceutique, agricole, etc.).

 

Intérêts

Parmi les OPCVM disponibles en assurance-vie sous forme d’unités de compte, il y a classiquement les SICAV et FCP. Ce sont des fonds de placement investis sur un grand nombre d’actions différentes. Ces fonds ont pour objectif de faire mieux que l’évolution moyenne du marché. Cela demande une gestion active faite par des « spécialistes » du secteur qui doivent analyser méthodiquement des tonnes d’informations afin de prédire l’évolution de la Bourse et prendre des positions en conséquence. C’est là une forme de spéculation sur l’avenir que l’épargnant doit rémunérer. Or il a été démontré qu’un gérant actif ne peut pas battre les indices boursiers sur le long terme. Dans ce cas, pourquoi payer un service inutile ?

Un tracker va juste répliquer l’évolution de son indice de référence avec un très léger décalage. Cela ne nécessite aucune analyse financière, ni même de spécialistes à rémunérer : c’est une gestion passive réalisée grâce à des ordinateurs. Du coup, les frais de gestion annuels sont très bas (0,1 % < trackers < 1 %) par rapport à la gestion active (1 % < FCP < 3 %). Moins de frais, c’est plus de rendement.

L’avantage d’un indice boursier tel que le CAC 40, c’est qu’il ne dépend pas d’une seule entreprise. Si la société Y a de mauvaises performances, elle quittera l’indice et laissera sa place à l’entreprise Z qui elle a eu de bons résultats. La composition interne de l’indice change en permanence, mais l’indice lui est toujours là. Si l’entreprise Y fait faillite, le CAC 40 ne perdra pas 100 % de sa valeur. Par contre, les détenteurs d’actions de cette société auront totalement perdus leur argent.

Un tracker classique permet donc de gagner de l’argent si son indice de référence monte. Afin de gagner aussi quand un indice baisse, il existe d’autres trackers reproduisant l’inverse des variations de son indice de référence. Par exemple, un tracker BEAR sur le CAC 40 va gagner + 10% si son indice fait – 10%. Ce genre de tracker est souvent utilisé en parallèle d’un portefeuille d’actions en directe afin de protéger le capital investi quand la Bourse baisse.

Pour spéculer sur l’évolution d’un indice, il existe aussi des trackers à effets de levier. Si le CAC 40 fait + 10%, alors un tracker sur cet indice avec un levier x2 fera + 20%. On peut trouver des leviers allant de 2 à 10. Il est même possible d’avoir un effet de levier avec un tracker BEAR.

 

Mes conseils

1) pour investir

Dans le cadre d’un investissement long terme sur des actions, n’utilisez pas les trackers à effets de levier destinés plutôt à la spéculation court terme. De même, utilisez les trackers BEAR seulement si vous savez ce que vous faite ou bien comme assurance en cas de baisse des marchés. Le cœur de votre stratégie sera basé sur les trackers classiques reproduisant les mêmes variations que son indice de référence.

Afin de réduire le risque lié à la volatilité des cours en Bourse, il vaut mieux investir progressivement des petites sommes sur plusieurs mois et plusieurs années. Le prix d’achat des parts du tracker sera donc moyenné. Le capital investi sera alors moins sensible aux baisses du marché.

Vous pouvez trouver des trackers éligibles au PEA. C’est là le meilleur choix car le PEA a la fiscalité la plus avantageuse. Par contre, vous trouverez tous les trackers existants sur un CTO, notamment les plus exotiques. Dans les deux cas, surtout avec un CTO, choisissez un tracker à capitalisation, c’est-à-dire que les dividendes sont automatiquement réinvestis dans le cours du tracker sans passer par votre compte courant. Cela permet d’avoir un meilleur rendement.

Il existe un très grand nombre d’indices de référence et de sociétés créatrices de trackers. Sur ce point, je ne peux pas vous aider. Je sais juste que les sociétés Lyxor, Amundi et iShares sont très connues pour leurs trackers éligibles au PEA. Pour faire simple, visez un seul indice mondial ou bien une combinaison entre 3 indices (américain, européen et marchés émergents, par exemple). Évitez les indices de secteurs tels que banque, informatique, pharmaceutique, etc.

 

2) face à la crise

Les trackers suivant un indice européen sont en général éligibles au PEA. Ceux qui suivent un indice non-européen peuvent être éligibles au PEA. Ils sont majoritairement investis en actions européennes mais reproduisent leur indice de référence grâce à des instruments dérivés : c’est la réplication synthétique. Ce type de réplication est très exposée face aux crises économiques. Préférez plutôt des trackers à réplication physique qui investissent directement dans les principales actions de leur indice de référence.

Le marché des actions est actuellement en pleine bulle et les cours sont très hauts. Attendez la crise pour que le marché descende à ses plus bas historiques et vous pourrez alors commencer à investir. Si vous êtes sûr de vous, vous pouvez tenter les trackers BEAR dès maintenant et les vendre lors de la crise.