9 min de lecture

Je débute une série d’articles consacrés à la lutte contre l’utilisation des produits chimiques à grande échelle dans nos logements. Ceux-ci étant nocifs à la fois pour notre planète et pour nous, je vais partager avec vous toutes les astuces que j’ai récupéré ici et là pour utiliser des produits plus écologiques. Dans ce premier épisode, je vais vous montrer comment faire le ménage à partir de vinaigre blanc, de bicarbonate de sodium, de savon noir et d’huiles essentielles.

 

Ingrédients

1) Vinaigre blanc

Le vinaigre blanc dédié au ménage (appelé aussi vinaigre d’alcool ou vinaigre cristal) est souvent présenté sous forme de bouteille d’un litre en plastique transparent. Il a généralement un taux d’acidité de 8 %. Vous le trouverez au rayon « huiles et vinaigres alimentaires » de votre supermarché. Très économique, son prix moyen tourne autour de 0,45 euros par litre. Le vinaigre blanc est dégraissant, détartrant, désinfectant, désodorisant et nettoie très bien tout seul.

bouteille de vinaigre d'alcool
Vinaigre Blanc

2) Bicarbonate de sodium

Le bicarbonate de sodium (appelé aussi bicarbonate de soude) se trouve au rayon « sel et condiments » du supermarché. On peut en trouver autour de 4 ou 5 euros le kilo, mais ça peut être plus cher en fonction de la qualité. Le bicarbonate est désodorisant, alcalinisant (augmente le pH), anti-acide, anti-bactérien, fongicide, un abrasif doux, un agent de blanchissement, un détachant du linge et un adoucissant de l’eau.

Il existe trois qualités différentes de bicarbonate :

  • La qualité technique est la moins pure, la moins testée et la moins chère. Elle doit être réservée à l’entretien de la maison, donc pour le ménage c’est OK.
  • La qualité alimentaire est celle qu’on trouve habituellement en grandes surfaces au rayon des condiments. Elle peut donc être utilisée tant pour l’entretien de la maison qu’en cuisine.
  • La qualité pharmaceutique est la plus pure, la plus testée et la plus chère. Elle est vendue en petits formats tant le prix au kilo est élevé par rapport aux deux premières qualités. Utilisez la qualité pharmaceutique uniquement pour les soins du corps et des dents.

Outre la qualité du bicarbonate, il faut aussi prêter attention à sa granulométrie (la taille moyenne de ses grains). C’est une information qu’on ne trouve pas forcément sur tous les emballages de bicarbonate, donc faites vos recherches en amont sur internet pour être sûr. La qualité pharmaceutique a des grains fins, par contre la qualité alimentaire peut avoir une granulométrie différente en fonction des marques. Typiquement, le bicarbonate de supermarché (marque La Baleine, voir ci-dessous) aura des grains un peu plus gros que le bicarbonate des magasins BIO (marque La Droguerie Écologique, voir ci-dessous). Cette différence de granulométrie fait que le bicarbonate La Baleine doit être réservé au ménage et à la cuisine. Par contre, le bicarbonate La Droguerie Écologique peut être utilisé tant dans l’alimentation que pour les soins du corps.

marque La Baleine, qualité alimentaire
bicarbonate alimentaire “La Baleine”
marque La Droguerie Ecologique, qualité alimentaire
bicarbonate alimentaire “La Droguerie Écologique”

3) Savon noir

Il existe deux formes de savon noir. Celui qui est solide tout en étant pâteux est réservé aux soins du corps. Pour le ménage, on utilise du savoir noir liquide. Le savon noir est équivalent à du savon classique concentré. Il peut être fabriqué à partir d’une multitude d’huiles différentes. Il est commun de trouver des savons noirs à base d’huile d’olive et/ou d’huile de lin. C’est un produit légèrement plus cher que les deux précédents. On peut le trouver entre 3 et 10 euros le litre en moyenne. Le savon noir est un nettoyant multi-usages et multi-surfaces (dilué dans de l’eau chaude ou pur). Il est antibactérien, dégraissant, détachant et adoucissant pour le linge. C’est aussi un répulsif naturel utilisé par les jardiniers.

 

4) Savon de Marseille

Vous pouvez utiliser du savon de Marseille à la place du savon noir si vous voulez. S’il est solide, il va falloir le râpé et le diluer dans de l’eau chaude avant de pouvoir l’utiliser. Achetez-le sous forme de paillettes ou déjà liquide pour plus de simplicité.

Il existe principalement deux sortes de savon de Marseille : le blanc à base d’huile de tournesol/palme/palmiste/coprah/etc. et le vert à base d’huile d’olive. Sachez que le vert est adapté aux soins du corps et le blanc est plutôt destiné au ménage.

Attention, la mention « Savon de Marseille » n’est pas réglementée par un AOC/AOP (Appellation d’Origine Contrôlée/Protégée) ou IGP (Indication Géographique Protégée). Elle est libre de droits et par conséquent utilisée à tort et à travers par des fabricants en-dehors de Marseille ne respectant pas forcément la recette d’origine. Ces faux savons de Marseille représentent 90 à 95% du marché.

Pour être sûr que ce soit du vrai, référez-vous au label ci-dessous créée par l’Union des professionnels du savon de Marseille. Ils mettent à disposition sur leur site internet leur charte de fabrication (exemple : la composition doit être la plus courte possible, sans parfum, sans colorant, sans ajout, sans adjuvant de fabrication). Sachez que ce label regroupe quatre savonneries : Le Sérail, le Fer à Cheval, Marius Fabre et la Savonnerie du Midi. Là vous êtes sûr d’avoir de l’authentique, du vrai. Si vous êtes de passage à Marseille, allez visiter leurs lieux de production, ça vaut le détour, notamment parce qu’elles vendent leurs produits dans leur propre boutique à des prix plus bas que les revendeurs. Le prix au kilo est dégressif en fonction de la taille du savon. C’est pourquoi les barres de savon de Marseille pesant plus d’un kilo sont plus économiques à l’achat que les cubes de 300 ou 600 grammes. Comptez entre 3 et 10 euros le kilo. Profitez au passage pour leur acheter du savon noir, elle en fabrique également.

Union des Professionnels du Savon de Marseille
Logo d’un vrai savon de Marseille

5) Huiles essentielles

Les huiles essentielles sont aussi très intéressantes pour le ménage, tant par leur action de nettoyage que l’odeur qu’elles laissent après coup. Attention, il faut s’y connaitre un peu avant de manipuler les huiles essentielles car elles sont très concentrées en produits actifs. Il existe un nombre impressionnant de livres qui parlent des huiles essentielles. Pour les débutants, je vous recommande celui intitulé « Le choix des huiles essentielles » de Fencienne & Benoit Saint-Girons. Il permet d’acquérir de bonnes bases et vous conseille sur les huiles essentielles les plus classiques et les plus abordables financièrement. Pour aller plus loin, je vous encourage à vous informer sur les huiles essentielles chémotypées.

  • Acheter ce livre sur Amazon (lien affilié) :

 

Classiquement, on choisira l’huile essentielle de lavande vraie ou de citron pour donner une odeur agréable. L’huile essentielle de base à avoir pour ses multiples actions de nettoyage est le Tea Tree (antibactérien à large spectre d’action, antifongique, antiparasitaire, antivirale, antiseptique). Comptez environ 3 ou 4 euros pour 10 ml d’une huile essentielle standard (en sachant qu’on en utilise que quelques gouttes à chaque fois). Le prix peut grimper si vous choisissez une version BIO et/ou une marque de meilleure qualité.

 

Utilisations

Avant de parler des mélanges que j’utilise pour le ménage, voyons d’abord quelques principes d’utilisation de base.

 

1) Dilué

Dans la grande majorité des cas, on utilisera les ingrédients présentés ci-dessus sous forme diluée dans de l’eau. Ce sera le cas pour le ménage quotidien et hebdomadaire (voir mensuel) qui nécessite de faire peu assez souvent.

 

2) Pur

Pour les cas extrêmes ainsi que le ménage trimestriel et annuel, il est possible d’utiliser certains ingrédients purs quand on a besoin de faire beaucoup ponctuellement. Les ingrédients qu’on peut utiliser pur sont le vinaigre blanc, le savon noir et le savon de Marseille.

 

3) Température

Pour avoir un effet de nettoyage plus important, on pourra chauffer les mélanges avant de les utiliser. Typiquement, on fera des dilutions avec de l’eau chaude la plupart du temps. Pour les cas extrêmes, il sera possible de faire chauffer directement du vinaigre blanc pur à la casserole avant de l’utiliser. Dans ce cas, faites attention aux vapeurs dégagées par le vinaigre chaud car elles piquent les yeux et le nez (en plus d’avoir une mauvaise odeur). Le vinaigre chaud, ça dépote question ménage.

 

4) Huile de coude

Quel que soit l’efficacité des ingrédients cités plus haut, il faudra à chaque fois faire un peu travailler vos biceps pour bien frotter. C’est de l’énergie renouvelable !

 

5) Équipements

Il faudra également s’équiper d’éponges, de bassines, de serpillières, de balais et de brosses à poils durs. C’est aussi l’occasion de faire de la récup en gardant de vieilles brosses à dent (pour gratter les joints de la salle de bain), de vieux bidons d’une contenance d’un litre ou plus (pour faire des mélanges et les conserver), et de vieux pulvérisateurs (pour utiliser les mélanges qu’on a préparé). Attention, je vous conseille de bien étiqueter les vieux récipients que vous récupérez pour faire vos propres mélanges. En effet, une fois le mélange réalisé et stocké, il faudra pouvoir le retrouver facilement plus tard quand vous en aurez besoin. De plus, c’est une protection supplémentaire si vous avez des enfants en âge de lire qui voudraient s’amuser avec vos produits ménagers quand vous avez le dos tourné. C’est une cause très fréquente d’accidents domestiques, donc soyez très vigilants. Le mieux est de stocker les produits ménagers en hauteur, là où ils sont le plus inaccessibles. Et faites aussi de la prévention en avertissant vos enfants qu’il existe des produits dangereux dans la maison qu’ils ne doivent pas toucher.

 

La suite

Cet article étant déjà bien rempli, je vais lister toutes les recettes DIY (Do It Yourself = fait maison) que j’utilise chez moi dans ma prochaine publication.