7 min de lecture

Deuxième épisode de notre série consacrée à la lutte contre l’utilisation des produits chimiques dans nos logements. Après avoir parlé du ménage, je vais aborder ici le domaine de l’alimentation. J’avais déjà écrit un article consacré aux aliments biologiques que je vous invite à (re)lire. En résumé, les pesticides sont très néfastes pour notre santé et il faudrait théoriquement manger 100% BIO tout le temps (après, chacun fait comme il peut à son niveau). Mais manger BIO n’écarte pas le problème des additifs alimentaires. Or là, il n’existe pas de label permettant d’attester l’absence d’additifs. Il va donc falloir analyser avec attention la liste des ingrédients. Suivez le guide !

 

Qu’est-ce qu’un additif alimentaire ?

Les additifs alimentaires sont des molécules pures produites artificiellement ou extraites industriellement de produits naturels. Ces molécules ont diverses fonctions ayant pour but principal d’améliorer certaines caractéristiques d’un aliment industriel. Il doit être agréable à manger (voir même addictif dans certains cas), facilement transportable sur de grandes distances et stockable sur de longues périodes sans altération de ses caractéristiques gustatives.

Généralement, une molécule isolée remplie une seule fonction. Il faudra donc ajouter à l’aliment industriel plusieurs additifs différents afin de remplir plusieurs fonctions. Voici une liste non-exhaustive des rôles joués par ces additifs : acidifiant, affermissant, agent d’enrobage, agent de charge, agent de traitement de la farine, amidon modifié, agent moussant, anti-agglomérant, anti-moussant, anti-oxygène, colorant, conservateur, correcteur d’acidité, édulcorant, émulsifiant, enzyme, épaississant, exhausteur de goût, gaz d’emballage, gaz propulseur, gélifiant, humectant, poudre à lever, sel de fonte, séquestrant, stabilisant, support.

Les additifs autorisés en Europe sont regroupés dans une liste où ils reçoivent un code du type « Exxx » (les « x » représentent des chiffres). Actuellement, la liste va du E100 au E1521, avec beaucoup de trous au milieu (il existe au total environ 350 additifs différents). Dans la liste des ingrédients d’un aliment industriel, les additifs alimentaires doivent apparaître en toutes lettres, avec leur code Exxx le cas échéant.

 

Attention, danger !

Le souci avec ces additifs, c’est que beaucoup d’entre eux n’existent pas à l’état naturel. Un autre problème est que les industriels peuvent les utiliser à la dose qu’ils souhaitent vu que la législation est assez souple là-dessus. Certains additifs peuvent également engendrer chez certain des réactions d’intolérances alimentaires, voir même allergiques. Il n’y a pas eu d’études scientifiques réalisées par les industriels sur de très longues périodes afin d’évaluer la toxicité de ces additifs. De même, les interactions entre ces différentes molécules après ingestion n’ont pas été étudiées pour savoir s’il y a un effet cocktail (comme avec les pesticides).

Il est recommandé d’éviter au maximum les additifs alimentaires pour les personnes à risques (femmes enceintes, femmes allaitantes, nourrissons de moins de 6 mois, personnes âgées et ceux ayant un système immunitaire affaibli). Des recherches scientifiques indépendantes ont pu mettre en évidence les effets secondaires de certains additifs. Je vais détailler ci-dessous les cas les plus graves qu’il faudrait complètement bannir de notre cuisine, quel que soit notre état de santé.

 

1) Aspartame (E951)

L’aspartame est un édulcorant dont le pouvoir sucrant est 200 supérieur à celui du sucre standard tout en étant très peu calorique. Cela fait plus de 40 ans que l’aspartame est connu aux USA pour être neurotoxique, alors qu’on en a parlé en France qu’à partir de l’année 2011. Pire, cet édulcorant entraînerait pas moins de 92 effets secondaires différents (reconnus par la FDA : Food and Drug Administration), pouvant aller jusqu’à des maladies graves comme le Cancer du cerveau, Parkinson, Alzheimer et la Sclérose en plaques. C’est en plus un élément addictif qui peut donc entraîner une dépendance.

L’aspartame est présent surtout dans les produits « sans sucre », « light » ou « O calories » ainsi que dans les sodas et les bonbons. On le retrouve dans un nombre très important de produits industriels, impossible d’en faire la liste ici. Il est même présent dans certains produits vendus en pharmacie tel que les suppléments en vitamines et minéraux. Le pire est l’aspartame que vous utilisez comme édulcorant de table pour sucrer votre yaourt nature par exemple. Tous ces produits sont à bannir. Lisez bien les étiquettes. Faites un test de 60 jours sans aspartame et voyez la différence au bout du compte.

 

2) Glutamate monosodique (E621)

Le glutamate est un exhausteur de goût qui donne l’envie de manger davantage de nourriture qui en contient. C’est pourquoi on finit quasiment toujours un paquet de chips entamé. C’est un additif très utilisé, comme l’aspartame, qui pousse à la consommation et est très addictif. Il a largement contribué aux épidémies d’obésité qu’on a connu ces derniers temps. Il a aussi comme effet de s’attaquer au cerveau en détruisant les neurones et de tripler le taux d’insuline produit par le pancréas, ce qui entraîne des cas de diabète de type 2. Tout comme l’aspartame et d’autres additifs, la production de glutamate se fait en partie grâce à des OGM. Il peut lui-aussi entrainer un nombre important d’effets secondaires.

Le souci avec le glutamate, c’est qu’il peut être présent sous différentes formes ayant chacune des noms différents. Je vous invite à vous renseigner car la liste est malheureusement trop longue pour la mettre ici. Notez tout de même qu’on trouve du glutamate dans certains arômes artificiels et dans les additifs E620, E622, E623, E624, E625, E330 et E407. Les aliments contenant du glutamate qui devraient être bannis en priorité sont les chips, les bouillons en cube, les soupes en sachets, certains produits de régime et autres bâtonnets de crabe. On en trouve même souvent dans l’alimentation pour nos animaux de compagnie.

 

Mes conseils

Regarder toujours la liste des ingrédients. Plus elle est longue et plus l’aliment a été transformé industriellement. Privilégier les aliments ayant une liste d’ingrédients la plus courte possible. Si cette liste contient plusieurs codes Exxx ou beaucoup de noms incompréhensibles, n’achetez pas l’aliment en question. Tout ceci est aussi valable pour les aliments biologiques (certaines marques produisent maintenant du BIO à l’échelle industrielle). Regarder aussi la composition des aliments de votre animal de compagnie.

Éliminer totalement de votre alimentation les additifs les plus toxiques que sont l’aspartame et le glutamate. Des tests ont montré que les enfants sont beaucoup moins agressifs et turbulents s’ils arrêtent de manger ces deux additifs en particulier (c’est également vrai pour les adultes). L’idéal est de tout cuisiner soi-même avec des aliments frais afin de mieux contrôler la composition de vos plats.

Pour plus d’informations sur ce sujet, je vous invite à lire le livre « Additifs alimentaires danger ! » de Corinne Gouget. C’est lui qui m’a ouvert les yeux sur les problèmes évoqués dans cet article. Une partie importante du livre est consacrée aux effets négatifs de chaque additif prit individuellement. Un code couleur indique ceux étant inoffensifs (vert), ceux étant à éviter (rouge) et ceux dont les avis scientifiques sont contradictoires (orange). Sur le total de 350 additifs, on en trouve 77 verts, 104 oranges et 169 rouges. Allez faire un tour également sur la chaîne YouTube dédiée à Corinne Gouget.

  • Acheter ce livre sur Amazon (lien affilié) :