15 min de lecture

Après un deuxième épisode sur l’alimentation, je vais à présent vous parler de l’importance du soleil sur notre vie. Au-delà du fait qu’il contribue à rendre notre planète habitable, il nous influence plus directement à travers différents mécanismes subtils. Nous le voyons aujourd’hui comme un danger potentiel pour notre peau, alors qu’en réalité il est l’un de nos plus précieux alliés afin d’améliorer notre santé. Tout se joue dans la durée et les conditions d’exposition. Si vous respectez ces quelques règles, votre exposition au soleil pourra vous aider à vivre plus longtemps en bonne santé.

(Avertissements : Je tiens à préciser que tout ce que je vais partager avec vous est à appliquer en plus de vos prescriptions médicales. Demandez toujours l’avis d’un professionnel de la Santé si vous avez un doute ou si vous voulez savoir si mes conseils sont compatibles avec votre situation personnelle. En effet, chaque être humain étant unique, le fonctionnement physiologique du corps peut facilement varier d’une personne à l’autre.)

 

Soleil = danger ? Vraiment ?

Les autorités de nos pays « riches » ont commencé à alerter leur population sur les méfaits du soleil sur la peau à peu près au même moment où les premières crèmes solaires « modernes » ont été mises sur le marché, dans les années 1930. C’est aussi à partir de cette période que le nombre de cancers de la peau a sensiblement augmenté dans les statistiques. C’est vers cette même période que l’on a commencé à commercialiser en masse les premières lunettes de soleil.

De nos jours, on essaye de se protéger le plus possible du soleil à tel point que ça en devient excessif. Mais à qui la faute ? Il semble que le problème vienne en fait du côté de nos habitudes de vie.

 

Cas particuliers

Si vous êtes du genre à vous exposer au soleil en maillot de bain, en plein été, entre 12h et 16h pendant plusieurs heures d’affilées, alors là oui, le soleil est très mauvais pour votre peau parce qu’elle n’est pas conçue pour ce genre d’exposition. Il faut éviter à tout prix les coups de soleil induits par les UVB (rayonnement Ultra-Violet du spectre lumineux solaire) qui, à la longue, entraînent des cancers de la peau et réduisent donc votre espérance de vie. Ceci est un fait indéniable. Si vous vous reconnaissez dans le cas précédent, la crème solaire est de fait obligatoire si vous ne voulez pas attraper ces fameux coups de soleil.

De même, une exposition trop longue au soleil entraîne un vieillissement prématuré de notre peau à cause des UVA. Le capital « jeunesse » de notre peau est fixe, c’est-à-dire qu’on peut le « brûler » plus ou moins vite en fonction de notre exposition au soleil, cumulée sur toute notre vie.

Dans un autre registre, si vous êtes amenés à passer du temps à un endroit où l’albédo est élevé, alors les lunettes de soleil sont indispensables pour protéger vos yeux. L’albédo correspond au pouvoir réfléchissant d’une surface. Plus il est élevé et plus la surface renvoi la lumière du soleil. Sont concernés les paysages recouverts majoritairement de neige, de glace, de sable et/ou d’eau. Dans les autres cas, les lunettes de soleil sont vivement conseillées en cas de très forte luminosité. Par contre, il ne faudrait pas en devenir dépendant car plus on porte ces lunettes et plus nos yeux deviennent sensibles à la lumière. S’habituer à ne pas en porter en conditions normales rendra nos yeux moins sensibles à l’éblouissement.

Pour les bébés, c’est simple, pas de crèmes et pas de soleil directe, jamais !

 

Bienfaits du soleil

1) Vitamine D

La vitamine D est l’une des rares vitamines à pouvoir être synthétisée directement par notre corps. Elle est produite à partir d’un dérivé du cholestérol, au niveau de notre peau, sous l’action des UVB. La vitamine D est tellement importante pour notre organisme qu’elle est classée comme une hormone.

Elle est très utile à divers niveaux (absorption du calcium, lutte contre l’ostéoporose, lutte contre certains cancers, influence plusieurs gènes ainsi que l’ADN, effets bénéfiques pour les risques cardiovasculaires, les femmes enceintes, le système immunitaire, les dépressions, Alzheimer, diabètes, taux de testostérone, …). Bref, avoir un taux optimal de vitamine D peut vous aider face à quasiment tous les problèmes de santé connues, notamment vis-à-vis des maladies dites de « pays riches » en recrudescence ces dernières années.

En moyenne, une exposition au soleil de 30 minutes par jour, sur 30 à 50 % de la surface cutanée, est suffisante pour avoir un bon taux de vitamine D. Cela ne marche que si vous êtes exposé aux rayons solaires directs, donc une météo nuageuse ou des vêtements longs vont empêcher cette synthèse. Cependant, votre cas peut varier en fonction notamment de la pigmentation naturelle de votre peau. En effet, les personnes ayant une peau noire filtrent naturellement beaucoup plus la lumière du soleil que celles ayant une peau très blanche. Par conséquent, il est recommandé à ceux ayant une peau très foncée de s’exposer plus longtemps au soleil (jusqu’à 3 heures) car leur production de vitamine D est difficile. A l’opposé, ceux ayant une peau très claire doivent moins s’exposer (entre 10 et 20 minutes maximum) car leur production de vitamine D est très facile.

 

2) Rythme veille-sommeil

S’exposer régulièrement à la lumière du soleil permet à notre glande pinéale de bien réguler notre rythme de veille-sommeil via une production adéquate de mélatonine, l’hormone du sommeil. Par conséquent, on aura un sommeil de bonne qualité. Ceci est très important car un mauvais sommeil chronique peut entraîner divers problèmes de santé. Donc si vous arrivez à bien dormir, cela vous sera utile à bien des égards, comme avec la vitamine D. Pour optimiser encore plus la production de mélatonine, il est conseillé de dormir dans une pièce complètement noire la nuit, sans aucune lumière parasite, et bien sûr sans aucun bruit. Essayez en plus de ne pas vous exposer trop longtemps à des lumières artificielles.

 

3) Système nerveux

La lumière du soleil peut influencer le système nerveux via les yeux. Une exposition indirecte des yeux à la lumière solaire permet au système nerveux de se régénérer. Il en a bien besoin vu comme il est sur-stimulé de nos jours avec toutes les sources de stress divers et variés. Cette exposition indirecte doit être faite sans lunettes, qu’elles soient solaire ou simplement de vue, ni lentilles de contact, car ces dispositifs filtrent une partie du rayonnement reçu par les yeux. Essayez d’être à l’ombre ou de porter un chapeau très couvrant afin de ne pas avoir un rayonnement direct sur vos yeux.

Vous pouvez faire cela en regardant directement le soleil en face seulement dans deux cas particuliers bien précis. C’est quand le soleil est très proche de l’horizon, avec des couleurs tendant vers le rouge, durant la première et la dernière heure du jour. A ces moments-là, la lumière traverse une plus grosse épaisseur d’atmosphère que lorsque le soleil est au zénith, ce qui fait que cette lumière est supportable pour nos yeux. Cette pratique s’appelle le « Sungazing », si vous voulez vous renseigner davantage. Certains la pratique en ayant les pieds nus au contact d’un sol naturel fait de terre ou de sable.

 

Dangers des crèmes solaires

Les crèmes solaires modernes contiennent différents produits chimiques destinés à nous protéger des UVA et des UVB. Elles contiennent généralement un mélange de filtres chimiques et de filtres minéraux. Les versions BIO ne contiennent que des filtres minéraux. Après s’être tartiné de crème, on va souvent se baigner dans une mer ou un océan. A ce moment-là, des résidus de crème solaire sont libérés dans l’eau et provoquent à la longue une pollution diffuse dans toutes les mers et océans du globe.

Les filtres chimiques ont été clairement mis en cause dans la disparition prématurée des récifs coralliens. Plus généralement, cette pollution est très difficile à éliminer par les stations d’épuration, donc on peut en retrouver en quantités infimes dans notre eau courante. Il a été prouvé que ces filtres chimiques sont des perturbateurs endocriniens, tant chez les animaux que chez l’homme. Cela veut dire que ces substances dérégulent l’équilibre hormonal. C’est cela qui explique la sur-représentation d’individus féminins dans plusieurs espèces de poissons.

Les filtres minéraux ont une meilleure image de ce point de vue, mais en fait ils posent problèmes dans un autre registre. En effet, les formules de crème solaires modernes (BIO ou classiques) utilisent des filtres minéraux sous forme de nanoparticules afin qu’elles soient plus simples et plus agréable d’utilisation. Or on soupçonne que ces nanoparticules migrent à travers la peau pour se retrouver directement à l’intérieur de notre organisme. Pas très sexy en fin de compte.

 

Les bonnes pratiques

1) Expositions longues

Évitez le plus possible les expositions trop longues, surtout entre 12h et 16h durant l’été. Cela peut se faire en portant des vêtements couvrants ou en se mettant à l’ombre. Vous ferez ainsi de grosses économies vis-à-vis des crèmes solaires qui seront utilisées uniquement dans les situations extrêmes. Si possible, choisissez une crème solaire BIO contenant uniquement des filtres minéraux.

Envisagez de porter un chapeau suffisamment grand pour mettre toute votre tête et votre cou à l’ombre. Mettez vos lunettes de soleil seulement quand c’est nécessaire afin de ne pas vous y habituer.

 

2) Expositions courtes

Alternez des expositions courtes au cours de la journée plutôt que faire une seule longue exposition. Je vous conseille de déterminer par vous-même la durée nécessaire d’exposition afin que vous produisiez suffisamment de vitamine D. Rappelez-vous que ce sont les UVB qui, à faibles doses, entraînent la production de vitamine D par la peau. Or ce sont ces mêmes UVB qui, à fortes doses, sont la cause des coups de soleil et des cancers de la peau. Les crèmes solaires ont pour but principal de protéger la peau des UVB, et dans un second temps des UVA. C’est pourquoi il ne faut pas mettre de crème solaire lors des courtes expositions si l’on veut produire de la vitamine D.

Afin d’éviter les coups de soleil lors de vos courtes expositions, je vous suggère de rester attentif aux sensations de votre peau liées à la chaleur et aux rougeurs. Il faut arrêter l’exposition quand on commence à avoir chaud ou quand on commence à avoir de très légères rougeurs. Si vous restez plus longtemps après avoir ressenti ces signaux, le coup de soleil est quasi-assuré.

 

3) Antioxydants dans l’alimentation

L’action prolongée de la lumière solaire sur votre peau entraîne la production de radicaux libres. Ces éléments sont des déchets qui vont oxyder les cellules de votre organisme s’ils ne sont pas neutralisés et entraîner un vieillissement prématuré de tout votre corps. Une manière simple et naturelle de combattre les radicaux libres est d’apporter beaucoup d’antioxydants via votre alimentation. Ces nutriments bénéfiques se retrouvent principalement dans la peau des fruits et légumes, d’où l’importance de les acheter BIO. Afin de varier vos apports en antioxydants, je vous recommande de varier les couleurs des fruits et des légumes que vous mangez. En gros, toutes les couleurs ont chacune leurs antioxydants spécifiques, mais pas le vert qui est lié à la chlorophylle, ni le blanc. Les autres sources d’antioxydants très connues sont le chocolat noir (70 % minimum), le café et le vin rouge.

 

4) Réduire l’acidité du corps

Le coup de soleil est un état inflammatoire de la peau. Or on sait que l’inflammation est facilitée dans un corps très acidifié par le stress et une alimentation déséquilibrée à base de sucre, de glucides et des produits industriels transformés. Les coups de soleil apparaîtront moins facilement si le corps présente un équilibre acido-basique correct. Pour cela, il convient de consommer beaucoup d’aliments alcalins, tels que des fruits et légumes frais. Si vous voulez maximiser l’effet alcalin, je vous conseille les jus de légumes fait à partir d’un extracteur de jus.

 

5) Recettes DIY en cas de coups de soleil

Si malgré tout vous attrapez un coup de soleil, vous êtes bon pour vous tartiner de Biafine pendant plusieurs jours. Voici quelques produits plus naturels permettant de traiter une brûlure (oui un coup de soleil est équivalent à une brûlure) :

  • L’huile de Millepertuis est intéressante si elle est appliquée le plus tôt possible après la brûlure.
  • Le gel d’Aloe Vera aide beaucoup en cas d’inflammation et aide à cicatriser. Choisissez un produit 100 % Aloe Vera qu’il faut garder au frigo pour préserver toutes ses propriétés intéressantes.
  • Le vinaigre de cidre (BIO, non-pasteurisé) dilué dans de l’eau et appliqué avec un tissu permettra également de soulager.
  • Un cataplasme d’argile verte posé toute une nuit sera également bénéfique, l’argile étant anti-inflammatoire et cicatrisante.

 

Carences en vitamine D

Des mesures statistiques ont montré qu’au moins 80 % de la population française est carencée en vitamine D, surtout pendant l’automne et l’hiver. Cela est dû en partie à l’augmentation de la sédentarité et du nombre de personnes passant la plupart de leurs journées à l’intérieur d’un bâtiment. Une autre raison vient du fait qu’il y a moins de soleil en hiver, d’où les cas de dépressions saisonnières chez les gens.

Afin de remédier à cela, je vous conseille vivement d’utiliser la méthode naturelle d’exposition directe au soleil sur une courte durée, comme citée plus haut dans cet article. Cette méthode est largement suffisante pour couvrir nos besoins journaliers. On peut également trouver en complément un peu de vitamine D dans des aliments sains. Sachez que la vitamine D existe sous différentes formes. Les plus connues sont la D2 qu’on retrouve dans les aliments d’origine végétale et la D3 présente dans les aliments d’origine animale.

Quand notre peau est exposée au soleil, elle produit la version D3 qui est la forme la plus bio-disponible pour notre corps. Suite à un apport en D2, notre organisme doit d’abord dépenser de l’énergie afin de la transformer en D3 avant de pouvoir réellement l’utiliser. Donc les meilleures sources alimentaires de vitamine D sont les produits animaux contenant de la D3. Le must correspond aux poissons gras et les huiles de poissons qui en sont extraites.

 

Compléments alimentaires

La dernière possibilité pour combler les carences vient des compléments alimentaires. Personnellement, je préfère les utiliser le moins possible vu que je peux en produire gratuitement moi-même en m’exposant au soleil. Cependant, ces compléments alimentaires sont utiles lors de la période froide allant de novembre à avril. En effet pour les pays situés dans l’hémisphère nord au-dessus de la latitude de Rome, le rayonnement solaire est insuffisamment chargé en UVB durant cette période. Du coup, même une exposition de longue durée ne permettra pas de produire suffisamment de D3.

Comme la vitamine D est liposoluble, je vous conseille d’acheter un complément alimentaire composé de D3 (pas de D2, sauf si vous êtes végétaliens ou végan) sous forme de gouttes huileuses. J’ai déjà testé le moins cher disponible, à savoir le flacon 10 ml de la marque Zyma D (environ 3 euros l’unité, disponible sans ordonnances). Afin de maximiser l’absorption et l’effet de la D3, certains compléments plus chers combinent la D3 avec la vitamine K sous sa forme K2-MK7. Le produit de la marque Cell’Innove est plus onéreux mais aussi plus efficace théoriquement du fait de la K2 (je n’ai pas encore testé celui-ci).

Les compléments en vitamines sont dosés en UI (unité internationale). Il vaut mieux apporter les besoins journaliers régulièrement (environ 4 000 UI par jour) plutôt que prendre une super-dose ponctuellement (100 000 UI une fois par mois, une ordonnance est nécessaire ici). Le mieux est de faire tester votre taux de vitamine D afin que votre médecin vous prescrive la bonne dose à prendre. Évitez les surdoses si vous faites de l’automédication (essayez d’être inférieur à un apport de 10 000 UI par jour).