7 min de lecture

La retraite par solidarité a de plus en plus de mal à suivre le rythme de vieillissement de la population. Les actifs sont de plus en plus sollicités pour in fine, verser des pensions de plus en plus faibles aux retraités. Cette tendance de long terme va continuer à s’aggraver, et je pense très sérieusement que ma génération n’aura droit à (presque) rien une fois arrivé à la retraite (je suis né en 1987). Le dispositif de répartition par solidarité étant géré par les pouvoirs publics, je considère qu’il vaut beaucoup mieux compter sur soi-même afin de se construire un avenir serein en étant autonome, plutôt que de dépendre du bon vouloir de l’État. C’est pourquoi la retraite par capitalisation est aujourd’hui nécessaire, du moins en partie, afin de se constituer un complément de retraite sur lequel vous pourrez compter à tout moment. Mais attention, dans ce registre, il existe en gros 3 manières bien différentes de préparer l’avenir, et il y en a une en particulier que je vous déconseille fortement. Regardons ça plus en détail.

(Avertissements : demandez toujours l’avis d’un professionnel en gestion de patrimoine pour savoir si mes conseils sont compatibles avec votre situation personnelle. En effet, un conseil d’investissement peut être pertinent pour une personne mais pas pour une autre. C’est pourquoi je ne peux pas vous garantir un quelconque résultat.)

 

L’épargne retraite classique

1) Principe

Il existe différents supports sur lesquels vous pouvez vous constituer une “épargne retraite” en versant un peu d’argent chaque mois durant votre vie active. Cet argent est bloqué jusqu’à votre départ effectif à la retraite, donc potentiellement durant plusieurs dizaines d’années. Une fois devenu retraité, cet argent vous est restitué soit d’un coup sous forme de capital, soit en plusieurs fois sous forme de rente viagère.

Les règles de fonctionnement sont très différentes en fonction du (ou des) support(s) choisi(s), notamment par rapport à la fiscalité des versements et des restitutions d’argent. Vous avez le choix d’utiliser des supports assez classiques comme le PEA, l’assurance-vie ou le PEE (Plan d’Épargne d’Entreprise, bloqué seulement 5 ans, investie sur les marchés action/obligation/monétaire et dont le rendement est maximisé avec des versements de l’entreprise sous forme de participation ou d’intéressement qui viennent s’ajouter aux versements du salarié). Ces supports-là ne sont pas bloqués jusqu’à la retraite.

Les supports spécifiquement dédiés à l’épargne retraite sont le PERCO (entreprises), le PERP (individuel), les contrats Madelin (indépendants), la PREFON (fonctionnaires), la CRH (hospitaliers), COREM, COREVA, etc. Ils est possible de construire un plan de retraite en jouant avec plusieurs de ces supports en fonction de votre situation et en vous aidant d’un bon conseiller en gestion de patrimoine. Mais ce n’est pas ce que je recommande.

 

2) Mon avis

Tous les supports évoqués plus haut sont encadrés par l’État et gérés par les banquiers et les assureurs. L’argent est généralement placé sur des supports en actions, en obligations et/ou en monétaires. De plus, actuellement, il est totalement impossible d’avoir une vision claire ne serait-ce que des 5 prochaines années concernant notre situation économique. Les marchés actions et obligations sont actuellement dans une bulle spéculative énorme et sont aux commandes des grandes banques qui ne s’inquiètent que de leurs profits. Tous ça pour dire que c’est bien l’épargne retraite classique que je vous déconseille fortement. Mais j’ai aussi un dernier argument.

Au lieu de mettre de l’argent de côté pour qu’il dorme jusqu’à votre retraite, il serait beaucoup plus rentable de l’investir dans un actif qui génère par lui-même des revenus. Je parle ici d’un actif tangible qui a une utilité évidente dans notre société, comme une entreprise qui vend ses propres produits, ou bien un propriétaire d’immobilier qui loue ses appartements à des étudiants. Je ne parle évidemment pas d’une action Total que l’on va loger dans son PEA et attendre le dividende 1 fois par an. Je développe cette idée dans le paragraphe suivant.

 

Le vrai investissement

1) Pourquoi éviter l’épargne ?

Épargner, cela consiste à juste mettre de l’argent de côté, sur un Livret A par exemple. Or nous sommes aujourd’hui dans un contexte de taux bas qui entraîne une très faible rémunération des placements garanties type Livret A, fonds euros des assurance-vie ou épargne retraite. De surcroît, l’État fait de plus en plus la chasse aux épargnants en créant de nouvelles taxes et de nouveaux impôts afin de nous obliger à dépenser nos réserves d’argent, car l’épargne va à l’encontre des stratégies de nos politiques.

Bientôt, nous allons nous diriger lentement mais sûrement vers un monde où le cash sera supprimé et où l’argent sur vos comptes subira un taux de rendement négatif, car il faudra bien rémunérer les banques qui gagnent de moins en moins sur les marchés actions et obligations. Bref, il sera alors contre-productif de garder beaucoup d’argent de côté sans l’utiliser.

En plus de tout cela, les monnaies fiduciaires (euro, dollar US, …) ont tendance à perdre de leur valeur dans le temps à cause de l’inflation. L’historique affiché des taux d’inflation depuis plusieurs dizaines d’années est faux car plusieurs paramètres n’entrent pas en compte dans le calcul de l’inflation “officielle”. L’inflation réelle est beaucoup plus élevée. Sachez que l’euro a perdu près de 73% de sa valeur sur les 15 dernières années et que le dollar américain a perdu 99% de sa valeur sur les 80 dernières années. Du coup, laisser dormir ses économies en euros pendant 30 ans en prévision de la retraite est une très mauvaise idée, car l’euro aura perdu beaucoup de sa valeur une fois arrivé à la retraite.

 

2) Investir en fonction de la valeur d’usage

Nous vivons une époque charnière où il est urgent d’oublier les notions de “fonds garantis” et de “placements sans risques” car cela n’est plus tenable. Oubliez aussi les supports type assurance-vie ou équivalents qui permettent de faire travailler votre argent tout seul, sans que vous n’ayez besoin d’intervenir. La valeur intrinsèque de votre patrimoine risque de fortement diminuée dans un futur proche s’il n’est pas bâtie sur un socle solide.

La valeur d’usage de votre investissement sera la clé principale qui déterminera à terme sa valeur. Par exemple, un champ de panneaux solaires photovoltaïques permettra de produire de l’électricité de manière décentralisée. Cela est intrinsèquement utile à la société et votre rendement financier n’est que la cerise sur le gâteau. Autre exemple, vous pouvez créer votre propre entreprise et acheter par elle une maison à la campagne, un terrain à cultiver en permaculture et faire construire des gîtes à louer. Dans ce cadre, votre maison est inclue dans une entreprise commerciale qui possède une réelle valeur d’usage. Même si votre investissement perd de sa valeur monétaire à cause de l’inflation et de la perte de pouvoir d’achat de l’euro, sa valeur d’usage reste intacte et vous permet toujours d’engranger des revenus complémentaires.

Afin de compléter ses revenus, il est également intéressant de continuer à travailler même en étant à la retraite, à temps partiel. Investir dans une formation liée à une activité qui nous passionne, réalisable par une personne âgée et ayant une forte utilité sociale me semble être la meilleure option.

Pour plus de détails sur la valeur d’usage des investissements, je vous renvois vers cet article très inspirant.

 

L’épargne retraite alternative

Avoir un peu d’épargne est tout de même recommandé afin de pouvoir mobiliser rapidement des liquidités en cas d’urgence. Je vous conseille d’utiliser un support ne dépendant pas des banques ou des assureurs pour une grosse partie de votre épargne. Ce rôle est très bien remplie par les métaux précieux, et plus particulièrement par l’or et l’argent (je vous renvoi aux articles déjà rédigés à ce sujet). Ces deux métaux précieux ont l’avantage de conserver un pouvoir d’achat constant sur le très long terme, contrairement aux monnaies fiduciaires. Il est quand même nécessaire de garder un peu de liquidités sur un compte bancaire, au cas où.

Attention, il faut éviter (pour l’instant) d’utiliser le Bitcoin et les autres monnaies virtuelles comme réserve d’argent, car leurs valeurs fluctuent beaucoup. Ce sont donc des supports très spéculatifs. Par contre, ce sont d’excellents supports pour les transferts d’argent instantanés, sans frais, sécurisés (grâce à la technologie de la blockchain) et en-dehors du système bancaire.