8 min de lecture

J’ai déjà beaucoup écrit concernant l’influence des aliments sur l’équilibre nutritionnel. Je pense qu’il est important de s’attarder également sur l’eau que nous buvons car sa qualité peut grandement variée, et son impact sur la santé également. Faut-il boire l’eau du robinet ? Les eaux en bouteilles ? Quel dispositif d’épuration choisir ? Je vais vous partager mon opinion à ce sujet, libre à vous d’opter pour la solution qui vous convient. Car c’est un sujet sensible du fait de ses potentielles pollutions divers et variées.

(Avertissements : Je tiens à préciser que tout ce que je vais partager avec vous est à appliquer en plus de vos prescriptions médicales. Demandez toujours l’avis d’un professionnel de la Santé si vous avez un doute ou si vous voulez savoir si mes conseils sont compatibles avec votre situation personnelle. En effet, chaque être humain étant unique, le fonctionnement physiologique du corps peut facilement varier d’une personne à l’autre.)

 

Quantité

1) Recommandations officielles

On entend souvent dans les médias ou dans les cabinets médicaux qu’il faut boire entre 1 litre et 1,5 litres d’eau par jour. Certaines personnes vont même jusqu’à boire quotidiennement entre 2 et 3 litres, à cause d’un régime à la mode. Tout cela me parait trop élevé. De plus, il me semble compliqué et contre-productif de s’obliger à boire quand on n’a pas soif. Je suis pour faire confiance à nos sensations et aux messages que nous envoi notre corps. Chacun de vous est unique et ne fonctionne pas forcément comme votre voisin. Bien évidemment, je ne parle pas ici du sport ou des activités physiques qui entraînent une plus forte sudation et donc un plus grand besoin en eau.

 

2) Sources idéales

Notre source principale d’eau devrait être celle contenue dans les aliments que l’on mange, en particulier les fruits et les légumes. Ces deux catégories d’aliments étant à privilégier pour avoir une alimentation saine et équilibrée, on fait alors d’une pierre deux coups. Si vos aliments sont BIO, alors l’eau qu’ils contiennent sera de bonne qualité.

 

3) Dépenses d’énergies

L’eau que l’on boit dilue notre sang et fait donc baisser sa concentration en sels minéraux. Boire trop peut faire descendre ces concentrations à des niveaux inférieurs à la normale. La circulation des nutriments en est donc affectée. Comme le corps fait en sorte que les paramètres du sang restent relativement stables, il va devoir dépenser de l’énergie afin de contrebalancer les effets d’une trop grande dilution. L’eau de boisson doit aussi être traitée par nos émonctoires, en particulier les reins, afin d’être évacuée ensuite. Le surplus ne sert même pas à notre organisme, il ne fait que passer dans nos urines sans être utilisé. Si vous buvez beaucoup d’eau chaque jour, votre corps dépense en permanence un surplus d’énergie au niveau du sang et des reins afin de traiter tout cela. Cette énergie pourrait être utilisée ailleurs, dans la digestion ou la détoxification par exemple.

 

Qualité

1) Eau du robinet

L’eau du robinet est très contrôlée et les résidus divers ne dépassent quasiment jamais les seuils de tolérance, sauf dans les endroits où la mairie ou la préfecture ont averti qu’elle n’est pas potable. Cependant, les fameux seuils de tolérance sont très discutables, ils ne prennent pas en compte les effets possibles d’interaction entre les résidus, et ils autorisent des dépassements temporaires en cas de dérogations.

De nos jours, outre des traces de métaux lourds, on détecte également des résidus médicamenteux  très variés car non pris en charge par nos stations d’épuration (alors que la technologie existe ailleurs). L’eau du robinet contient entre autre du chlore qu’il vaut mieux éviter d’ingurgiter (laisser reposer l’eau dans une carafe pendant 2 ou 3 heures permet au chlore de partir naturellement), des résidus de fluor et d’aluminium très nocifs pour la santé, et tout un tas de perturbateurs endocriniens. Toujours à des doses admissibles, mais c’est quand même là.

L’eau du robinet étant, de très loin, la moins chère de toutes, il m’est compliqué de vous mettre en garde contre elle. Par contre, si vous en avez la possibilité, évitez-la le plus possible.

 

2) Eaux en bouteilles

Il y a plusieurs problèmes avec les eaux en bouteilles. D’abord, elles sont en contact avec du plastique, donc on peut retrouver des microparticules de plastique dans ces eaux. Si la bouteille a été exposée au soleil, c’est encore pire car la chaleur accélère ce processus. De plus, la production du plastique et le transport des bouteilles n’est pas très écologique.

Ensuite, ces eaux sont dites “mortes” car elles ont stagné longtemps à l’intérieur des bouteilles entre le lieu de production et le lieu de consommation (l’eau du robinet est aussi considérée comme “morte”).

Pour finir, les eaux en bouteilles contiennent généralement trop de minéraux. Bien que les publicités nous vantent les bienfaits de ces minéraux, ceux-ci sont souvent très peu bio-disponibles et donc presque pas assimilables par le corps.

 

3) L’idéale

L’eau est utile plus pour ce qu’elle emporte que par ce qu’elle apporte. Une eau très peu minéralisée permet au corps d’évacuer plus facilement ses déchets et joue donc un rôle important dans le processus de détoxification. Si elle contient beaucoup de minéraux, elle nettoiera d’autant moins notre organisme et les minéraux en question ne seront pas utilisés. Évidemment, l’idéale est d’avoir une eau pure sans aucun résidu.

Une première solution serait de cibler les eaux en bouteilles dont le “résidus secs à 180°C” est inférieur à 60 mg/litre. Cela fait déjà un bon écrémage. Voici 3 marques assez connues qui répondent à cette exigence : “Mont Roucous”, “Montcalm” et “Rosée de la Reine”. Ce sont les seules eaux en bouteille que je peux recommander.

Si vous habitez à la campagne et que vous avez une source d’eau pure et naturelle qui coule à proximité de chez vous sous forme de torrent, n’hésitez pas une seule seconde. C’est la meilleure qualité qui soit. Vérifiez quand même auprès de la mairie si elle est potable. Pour les autres, il va falloir s’équiper un peu pour avoir une qualité équivalente.

 

Équipements de filtration

1) A éviter

Divers problèmes ont été rapportés concernant les carafes filtrantes, notamment liés aux oublis de changement de filtres. De plus, le fait de devoir racheter en permanence des filtres neufs n’est ni écologique, ni économique. Certains résidus peuvent également ne pas être filtrés, en fonction des matériaux utilisés. Bref, cela me parait trop aléatoire et trop contraignant.

Si vous avez les moyens de vous offrir un adoucisseur d’eau ou un osmoseur, pourquoi pas. Mais là aussi il faudra alimenter régulièrement l’appareil en filtres neufs. A mon sens, ces deux solutions sont donc assez onéreuses et réservées à certaines personnes suffisamment aisées.

 

2) A privilégier

La solution la plus simple et la plus radicale pour produire une eau pure est le distillateur. Celui-ci va chauffer l’eau jusqu’à ce qu’elle soit transformée en vapeur, ensuite elle se condense dans un autre récipient pour donner de l’eau distillée, les divers résidus étant restés dans le premier compartiment. Durant tout ce processus, de la distillation jusqu’au récipient de stockage, il est très important que l’eau n’entre jamais en contact avec du plastique, et ce pour deux raisons. Au contact de ce matériau, l’eau distillée entraîne un plus fort relargage de microparticules de plastique. C’est pareil avec la chaleur. Il vaut mieux privilégier l’inox ou le verre.

Si l’on n’est pas habitué à boire de l’eau distillée, il faut commencer très doucement (1 petit verre par jour) et augmenter les doses journalières petit à petit. En effet, l’eau distillée ne contenant aucun minéraux, sont pouvoir épuratif est très puissant. Si vous vous sentez mal après en avoir bu, diminuez les doses tout de suite, voir arrêtez temporairement sa consommation. Ces effets sont dus à la détoxification induite par l’eau distillée. Plus il y a à évacuer, plus il faut y aller doucement et progressivement.

Si vous ne voulez pas boire uniquement de l’eau distillée tel quel, vous pouvez ajouter un tout petit peu de jus de citron BIO ou de vinaigre de cidre BIO dans le récipient d’eau distillée afin de la reminéraliser légèrement pour la rendre un peu moins épurative. De plus, ces minéraux seront plus bio-disponibles qu’au départ.

Personnellement, j’ai opté pour le distillateur Megahome vendu par la boutique du site regenerescence.com car il est garantie sans plastique sur le trajet de l’eau distillée. Bien qu’il soit vendu avec des filtres à charbon actif à changer 1 fois par mois, cela reste accessoire et on peut très bien s’en passer. C’est la partie chauffage qui fait presque tout le travail. Je pourrai vous faire un retour d’expérience prochainement.

 

Bonus : le dynamiseur

Pour avoir une eau plus vivante et plus bio-active, il peut être intéressant d’utiliser un dynamiseur qui va créer un tourbillon ou un vortex dans votre eau de boisson. Ce mouvement est censé reproduire l’activité de l’eau à l’état naturel dans les torrents. Cet effet est issu des recherches de Masaru Emoto sur la mémoire de l’eau. Je suis preneur de vos avis sur le dynamiseur car je n’ai pas encore testé cet équipement.

Et vous, quelle eau buvez-vous ? Dites-le moi dans les commentaires.