5 min de lecture

En moyenne, un français produit 390 kg de déchets par an. Cette quantité inclue seulement les déchets dits ménagers. Ça monte à 590 kg en incluant ce qui est déposé en déchetterie, et à 13,8 tonnes en incluant tous les déchets industriels français. Sans compter les déchets produits à l’étranger pour les produits importés et consommés en France. C’est tout simplement énorme ! Certain déchets en plastique mettront plus de 500 ans à se décomposer dans la nature alors qu’ils ont eu une durée réelle d’utilisation par le consommateur de seulement quelques minutes. C’est vraiment disproportionné et pas très éco-friendly, même si le déchet finit dans un incinérateur polluant ou dans une décharge qui n’arrêtera pas de grossir à l’infinie. Bref, voici un tour d’horizon des astuces permettant de limiter nos déchets à l’échelle d’un foyer. Ça vous fera économiser de l’argent en plus de faire du bien à l’environnement.

 

Le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas

C’est la base incontournable pour être sûr de ne pas produire de déchets visibles (ex : acheter en vrac sans emballages ou faire maison) ou invisibles (ex : acheter d’occasion pour éviter tous les déchets liés à la chaîne de fabrication/distribution/consommation). Réduire sa consommation globale et le gaspillage est une piste intéressante à explorer, tout comme la réparation.

En dernier seulement arrive le recyclage car il a quand même fallu produire le déchet (consommation d’énergie, d’eau et production de déchets annexes). De plus, le recyclage demande également une quantité non-négligeable d’énergie pour revaloriser le déchet initial.

L’exemple des emballages est encore plus frappant car ils vous ont coûté de l’argent à l’achat, ils ne sont pas indispensables, et finissent dans la poubelle juste après avoir fait les courses. Vous jetez littéralement votre argent dans votre poubelle ! Rappelez-vous que les produits en vrac sont en moyenne 30 % moins chers justement parce qu’ils sont vendus sans emballage.

 

Le compost

Adopter une alimentation plus saine est bénéfique à la fois pour votre santé et pour votre poubelle. En effet, vous allez acheter des produits bruts (surtout des fruits et des légumes), bio,  que vous cuisinerez vous-même. Une bonne partie des déchets organiques liés à la cuisine peuvent être compostés et servir de nourriture pour vos futures plantations. De nos jours, il existe un choix assez large de modèles de composteurs d’appartement fonctionnant soit aux vers de terre (lombricompost), soit aux bactéries (avec un activateur à base de son de céréales). C’est naturel et économique sur le long terme.

Si vous n’êtes pas branchés par un compost maison, vous pouvez vous tourner vers des sites internet spécialisés dans la cuisine des épluchures.

 

Le recyclage

Le recyclage devrait être une solution de dernier recours, comme indiqué plus haut. Le verre, le métal et le papier-carton se recyclent très bien. Par contre, pour le plastique c’est dérisoire.

Sachez également que ce qui compte le plus, c’est la qualité du tri sélectif effectué en amont par les citoyens devant les bornes de recyclage colorées. Du coup, renseignez-vous bien sur quels déchets vont dans quelles poubelles.

Privilégiez les éco-labels liés au recyclage lors de vos achats.

 

Les courses

Ici, le plus important, c’est de s’équiper en sacs réutilisables, si possible en tissu au lieu du plastique. Les magasins BIO vendent maintenant des petits sachets en tissu réutilisables pour peser vos fruits et légumes séparément (voir image ci-dessous). Et si vous les avez oublié chez vous, utilisez une cagette en bois ou un carton d’emballage du magasin pour transporter vos achats.petit sac en tissu pour les fruits et légumes

Si vous achetez en vrac, prévoyez des bocaux et des Tup, en verre si possible. Ceux-ci serviront également de rangement à vos aliments une fois arrivés à la maison.

 

Réparer et faire maison (DIY)

Si vous êtes bricoleur, vous devez déjà être habitué à ces pratiques. Si vous ne l’êtes pas, il existe aujourd’hui beaucoup de tutoriels sur internet pour apprendre par soi-même à réparer ou à faire maison. Il y a des vidéos, des livres et des ateliers pratiques à la pelle. Vous n’aurez que l’embarra du choix. Et c’est pratique pour offrir des cadeaux personnalisés à Noël ou aux anniversaires tout en étant peu coûteux. Il existe aussi des Repair Café un peu partout au niveau local où vous pourrez venir y faire réparer vos objets à moindre coût.

 

Acheter d’occasion et mutualiser

Les sites internet comme eBay, Leboncoin ou donnons.org sont très connus de nos jours et facilitent l’achat d’occasion. Pensez également aux vide-greniers, brocantes, friperies, boutiques Emmaüs, etc. Les objets d’occasion ne produisent pas de déchets pour leur deuxième vie.

Mutualiser des objets comme l’appareil à raclette qui sert 2 fois par an permet de réduire nos besoins d’achats. Vous pouvez par exemple vous cotiser pour acheter un seul appareil pour plusieurs familles. Ça permet au passage de créer du vrai lien social et local. C’est pareil avec la location de matériel, le covoiturage et l’auto-partage. Pensez aussi aux SEL (Système d’Échange Local) qui proposent d’échanger des biens, des services et des savoirs sans passer par l’argent. Vive l’économie collaborative !

 

Pour aller plus loin (Zéro Déchets)

Si vous voulez plus de détails sur le sujet, ainsi que des recettes DIY dans le thème de cet article, je vous encourage à lire le livre « Famille (presque) zéro déchets, Ze guide » de Jérémie Pichon et Bénédicte Moret. C’est une famille de 4 personnes qui raconte leurs vécus dans leur objectif de produire (presque) aucun déchets. J’ai bien aimé ce livre qui m’a aidé à rédiger cet article.

  • Acheter ce livre sur Amazon (lien affilié) :

Comment réduire ses déchets ?
5 (100%) 1 vote