Après un premier épisode sur le sport, je continue la série d’articles consacrée à prolonger notre vie en bonne santé. Nous allons consacrer ce deuxième opus à l’ alimentation. En effet, bien des problèmes peuvent être évités si on mange équilibré et sainement. Les médicaments ne sont pas automatiques.

(Avertissements : Je tiens à préciser que tout ce que je vais partager avec vous est à appliquer en plus de vos prescriptions médicales. Demandez toujours l’avis d’un professionnel de la Santé si vous avez un doute ou si vous voulez savoir si mes conseils sont compatibles avec votre situation personnelle. En effet, chaque être humain étant unique, le fonctionnement physiologique du corps peut facilement varier d’une personne à l’autre.)

 

Régimes alimentaires

Tous les articles de ce blog liés à la catégorie « Nutrition » sont des compléments intéressants à lire en plus de ce qui va suivre. Certains points peuvent être redondants.

Au cours de mes recherches, j’ai identifiés plusieurs régimes alimentaires qu’il convient de privilégier afin de rester en bonne santé le plus longtemps possible. Bien qu’ayant des noms différents, ils se recoupent parfois sur certains points précis. Je vais les décrire ci-dessous en les séparant en deux catégories : les « traditionnels » et les « sans viande ». Je tiens à préciser qu’il s’agit ici de régimes alimentaires du quotidien. Rien à voir avec les régimes minceur à durée limitée que je ne cautionne pas du tout.

 

1) Traditionnels

  • Régime méditerranéen (aussi appelé « régime crétois ») : c’est un résumé des habitudes alimentaires traditionnelles des pays bordant la mer méditerranée (l’île de Crète fait partie de la Grèce). Il a été très étudié par les scientifiques et est donc très documenté.

On va consommer en abondance des fruits et des légumes, des oléagineux, des céréales, des légumineuses, des herbes aromatiques, de l’huile d’olive et de l’eau. Une consommation modérée est appliquée aux produits laitiers (varier les laits de chèvre / brebis / vache), aux œufs, aux poissons, au vin rouge et aux infusions de plantes. Pour finir, la viande est l’aliment le plus rarement consommé, notamment la viande rouge.

 

  • Régime Okinawa: le régime alimentaire des habitants de l’île d’Okinawa au large du Japon a aussi été très étudié car sa population locale affiche l’un des plus haut taux de centenaires au monde.

Ils consomment également beaucoup de fruits et de légumes. De même avec les céréales complètes, les légumineuses, les poissons et les aliments à base de soja. Beaucoup d’épices, d’herbes aromatiques et d’algues. Par contre, ils mangent peu de viande, de laitages, de matières grasses, de sel, de sucre et d’alcool. Les aliments sont peu cuits, à feu doux ou à la vapeur. Un repas associe toujours du cru et du cuit. Ils boivent également beaucoup d’eau, ainsi que du thé chaque jour. Pour finir, ils arrêtent de manger quand leur faim est rassasiée à 80 % afin de ne pas consommer trop de calories. Au-delà de l’alimentation, ils ont aussi une vision positive de la vie. Ils restent en mouvement, savent gérer leur stress et font partie d’un réseau de soutien communautaire.

 

  • Régime paléolithique (aussi appelé « régime paléo ») : c’est un retour au régime alimentaire de nos ancêtres qui étaient chasseurs-cueilleurs, avant l’invention de l’agriculture et de l’élevage. Notre métabolisme aurait encore du mal à assimiler les nouveaux aliments qui ont été rendu disponible par ces inventions.

(Le régime hypotoxique du Docteur Jean Seignalet est très proche du régime paléo. Le régime cétogène cherche également à réduire très fortement les apports en glucides mais fait la part belle aux bonnes graisses plutôt qu’aux protéines.)

Ici, on va plutôt consommer en grandes quantités des viandes maigres issues d’animaux nourris naturellement à l’herbe afin que leur taux d’Oméga-3 soit élevé. A cela vient s’ajouter également beaucoup de poissons, de fruits de mer, d’œufs, de racines, d’oléagineux (noix et graines), de bonnes graisses, de baies, d’épices, d’herbes aromatiques, de fruits et de légumes pauvres en glucides. Tout doit être le plus BIO possible. Une consommation assez limitée est à appliquer aux huiles végétales, aux fruits séchés, à l’alcool, au café, au thé. Par contre, on exclut totalement les céréales, les légumineuses, les produits laitiers, le sel, le sucre, les boissons gazeuses et tous les aliments industriels transformés.

 

2) Sans viande

  • Fléxitarien: régime alimentaire semi-végétarien. La personne alterne les repas végétariens et les repas omnivores classiques en fonction des situations. Elle peut donc s’adapter facilement si elle mange chez elle ou chez des amis, par exemple.
  • Végétarien : régime alimentaire excluant la consommation de viandes pour divers raisons (religieuses, éthiques, culturelles, santé, environnementales, etc.). Les autres aliments issus d’animaux comme les œufs, les poissons, les fruits de mer, les produits laitiers et le miel sont tolérés dans certains cas (il existe plusieurs sous-catégories de végétariens).
  • Végétalien : régime alimentaire excluant totalement tous les produits issus directement ou indirectement des animaux. Cela inclut les aliments tolérés parfois chez les végétariens. A cela vient s’ajouter également tous les additifs alimentaires fabriqués à partir d’animaux, comme la gélatine issue de porc ou de bœuf utilisée pour ses propriétés gélifiantes.
  • Végan: le véganisme étend le principe du régime alimentaire végétalien à tous les aspects de la vie, afin de défendre les droits des animaux. Les produits non-alimentaires issus des animaux sont donc aussi proscrits (cuir, fourrure, laine, soie, cire, cosmétiques, etc.). C’est pareil pour les cosmétiques et les médicaments testés sur des animaux. Idem pour les loisirs humains entraînant de la souffrance animale (zoo, chasse, corrida, cirques,…).
  • Crudivore : régime alimentaire où les aliments sont consommés crus ou faiblement cuits (à moins de 42°C). On parle également d’alimentation vivante. Le crudivorisme peut s’associer à tous les autres régimes alimentaires, de l’omnivore classique jusqu’au fruitarien.
  • Fruitarien : forme particulière d’un régime alimentaire végétalien où seuls les fruits, noix et graines sont consommés seulement si leur récolte n’abîme pas la plante qui les a produits. Par exemple, détacher une pomme mûre de son arbre d’origine ne va pas endommager le pommier qui pourra produire d’autres fruits par la suite. En revanche, récolter une carotte ou une pomme de terre nécessite d’arracher la totalité de la plante dont seule la partie souterraine sera consommée.

 

L’hygiénisme

L’hygiénisme de Shelton est un mode de vie qui veut tendre vers l’auto-guérison du corps humain via le crudivorisme, le jeûne et la naturopathie. Du point de vue alimentaire, ce mouvement préconise d’utiliser la loi 80/20 :

  • 80 % de fruits et 20 % d’aliments autres (surtout légumes et oléagineux)
  • 80 % de cru et/ou de lacto-fermenté pour 20 % de cuit
  • 80 % d’aliments alcalinisants pour 20 % d’aliments acidifiants

 

Mes conseils

Choisissez avant tout le régime alimentaire qui vous correspond le mieux. Chacun est différent. Faites des tests et parlez-en avec d’autres personnes qui sont habitués à l’alimentation que vous voulez adopter.

Les régimes très restrictifs (fruitarien, végétalien,…) peuvent entraîner des carences s’ils ne sont pas suivis correctement en fonction des besoins spécifiques de votre corps en micro-nutriments. Pour éviter cela, il est nécessaire de bien s’y connaitre en nutrition et d’obtenir un bilan personnalisé du métabolisme de son propre corps auprès d’un professionnel de la santé naturelle.

Je vous encourage à construire votre régime alimentaire personnel à partir de vos inspirations issues des différents régimes cités ci-dessus.

 

Bonus

Le livre « Anticancer » de David Servan-Schreiber est une référence pour moi. Je l’ai adoré car il aborde plusieurs sujets différents et complémentaires afin de combattre le cancer en plus des chimiothérapies classiques. La nutrition est largement évoquée, ainsi que l’aspect psychologique, les résidus chimiques, le sport, les émotions non-exprimées et la méditation. Mes autres lectures m’ont apprises que manger anti-cancer aide en fait à améliorer notre santé sur tous les plans et à combattre un très grand nombre de maladies dites de pays riches. David Servan-Schreiber était un médecin qui a poussé très loin ses recherches sur le sujet après le diagnostic de son propre cancer. Il est malheureusement décédé il y a quelques années à la suite d’une rechute.

  • Acheter ce livre sur Amazon (lien affilié) :

Un résumé du livre Anticancer est disponible gratuitement en téléchargement au format PDF via ce lien internet.